Mission commando du 31 janvier 2009

Aujourd’hui, le CDVL s’est déplacé une fois encore à la fnac. Les papillons distribués pour la promotion du dernier Hochet semblent avoir été bénéfiques au livre : la Fnac a enfin commandé 13 ouvrages supplémentaires, mis en tête de gondole.

Jérôme Ferrari a lui aussi trouvé sa place en évidence, à portée de main du lecteur en mal de livres à dévorer. Un Dieu un animal se porte bien on dirait, suite à quelques articles dans Télérama, Lire, le Magazine des livres. La pile à vendre est en diminution.

Prochainement, Carole Zalberg sort le second volet de sa trilogie des tombeaux. Il s’intitule Et qu’on m’emporte, et il est sélectionné (comme le Hochet), pour le Prix des Lilas 2009. Des papillons ont donc été distribués dès aujourd’hui en tête de gondole pour inciter les lecteurs à découvrir cet auteur.

Sur son site, vous trouverez une très belle lettre d’Amélie Nothomb, très très élogieuse pour ce dernier opus. Amélie Rouher a également écrit un article brillant intitulé « Requiem pour les reines » (voir sur le site de l’auteur : http://www.carolezalberg.com), qui parle des deux premiers tomes de la trilogie : La mère horizontale, et Et qu’on m’emporte. A découvrir au plus tôt.

Bientôt sur ce site, des pages consacrées aux auteurs défendus, avec des articles, des bibliographies, bref : un peu plus de détails, comme suggéré par nos lecteurs !

En attendant, bonne lecture. Cool

Un petit sondage concernant le site

Toutes les réponses nous aideront à améliorer la visibilité du site, sa présentation, les informations qu’il contient.

A bientôt

Est-ce que le site est bien présenté ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Une action pour Un dieu un animal de Jérôme Ferrari

Jerome Ferrari

 

20 papillons ont également été insérés en tête de gondole d’un grand magazin Clermontois.
Le livre du jeune auteur, au moins, était déjà sur « les tables ». Cependant, en bien moindre quantité que les déjà-best-sellers, et mis moins bien en évidence.
Pour avoir des informations sur ce livre, vous pouvez consulter l’article de Carole Zalberg sur son site http://www.carolezalberg.com ainsi que celui de Alexandre Fillon dans le magazine Lire, et celui de Léthée Hurtebise dans le magazine des livres qui est sorti aujourd’hui.

N’hésitez pas à lire cet auteur : gageons que vous aurez aussitôt envie de le défendre.

Deux missions pour Combat de l’amour et de la faim

Deux missions ont été accomplies la semaine dernière dans les deux plus grandes librairies de Clermont-Ferrand. En tout, ce sont 40 papillons du Combat de l’amour qui ont été insérés dans les livres se situant en tête de gondole.

Espérons que les lecteurs qui achèteront ces livres porteurs veuillent bien écouter nos bons conseils.

Nous vous rappelons que vous pouvez toujours télécharger l’outil, l’imprimer, le découper pour pouvoir participer au mouvement.

Par ailleurs, si vous avez des auteurs et des livres à proposer, à défendre, vous pouvez poster ici-même un commentaire.

Egalement, si vous souhaitez que le collectif vous fasse parvenir gratuitement de quoi alimenter les livres en tête de gondole, vous pouvez nous communiquer vos nom, prénom, adresse postale par mail. Nous vous ferons parvenir le tout imprimé, découpé, prêt à insérer : GRATUITEMENT.

C’est le principe fondateur du mouvement. Il s’agit d’une action bénévole. Seule la littérature doit  être servie. :o )

Bien à vous.

Une première victime le 7 janvier 2009

Voilà ce que nous rapporte notre correspondante de Clermont-Ferrand, Léthée, qui a rendu visite à la fnac pour constater les dégâts :

Combat de l'amour et de la faim, de Stéphanie Hochet« 13h36 aujourd’hui à la Fnac. Je vois des soldes sur les CD audio, alors je prends quelques sonates de Beethoven, du Rachmaninov, un Dvorak. Le tout pour 8 euros seulement. Puis je me dirige vers le rayon livres, bien entendu. Je prévois de faire découvrir à quelqu’un un ou deux Stephen King (et oui !) et ne tombe que sur les plus connus : en somme ceux qui ont été adaptés au cinéma (La ligne verte, Shinning, Simetierre). Je me dis : « c’est étonnant, la FNAC de Clermont-Ferrand n’est pourtant pas si pauvre. Elle est plutôt grande ».
Ensuite, je marche rapidement vers le rayon des romans. En tête de gondole, je m’attends à voir les nouveautés : Jérôme Ferrari, Stéphanie Hochet, etc… pour ne citer qu’eux. Et bien non, en tête de rayon, je vois les éternels : Pancol, Littell (avec ses éternelles Bienveillantes, merci le prix), Angot, Follett, Rahimi (merci Goncourt, ce qui apparemment est largement justifié), etc… Mais pas de trace de Stéphanie Hochet et Jérôme Ferrari. La date de sortie est pourtant AUJOURD’HUI.

Alors je vais regarder dans les rayonnages. Et là stupeur !!! Je vois DEUX pauvres Combat de l’amour et de la faim, coincés ensemble, vêtus tout deux de leur belle couverture rouge, me criant : « sors nous de là ! Nous sommes nouveaux, et les vieux poches commencent sérieusement à nous agacer ici ». Ni une ni deux. Ou plutôt deux fois qu’une : je prends les deux isolés, et les place devant un autre auteur, en tête de gondole. (Avertissement au lecteur choqué : j’ai pris soin de les mettre sur un auteur qui bénéficiait déjà de DEUX places en tête de gondole, et dont l’une d’elles était déjà bien entamée, c’est à dire presque vide). »

Pour palier cette injustice, et voler au secours des jeunes livres condamnés d’avance au placard (ainsi que leur auteur) nous avons donc créé des papillons à imprimer et insérer dans les livres qui se trouvent en tête de gondole. Ils sont disponibles dans la rubrique « Outils du collectif ». Téléchargez le document et faites-le circuler au maximum, afin de faire connaître cet ouvrage plébiscité par les critiques, d’une qualité littéraire indéniable.

Création du Collectif des Défenseurs de la Vraie Littérature

Nombreuses sont les grandes enseignes de distribution à cause desquelles nos petits libraires bien aimés mettent la clé sous la porte. Souvenez vous de Antonin, rue Ménilmontant, qui vous fit découvrir d’innombrables trésors. Et Jocelyne, la libraire toujours souriante, qui n’hésitait pas à vous commander quelques ouvrages, en 48 heures chrono.

Terminé. Ils sont tous partis, et la liste est longue. A la place, vous retrouvez de drôles de corbeaux perchés sur des cartons de Levy, Angot, Beigbeder… et compagnie. Toutes des littératures qui n’apportent rien, si ce n’est de l’argent dans la poche de leurs auteurs. N’est-ce pas injuste que d’autres auteurs n’arrivent jamais dans vos mains alors que vous prendriez volontiers plaisir à les lire ? Pour cela, il faudrait que les libraires des grandes distributions prennent le temps de découvrir ce qu’ils vendent, écartent ce qui n’est pas littéraire, et mettent en valeur ce qui l’est.

La loi du commerce est dure nous répond-on ! Certes, mais qui a dit que la loi du commerce était la même que celle de la littérature ?

Le Collectif des Défenseurs de la Vraie Littérature voit le jour en ce 12 janvier 2009 afin de palier le manque de visibilité des vrais auteurs, qui ne seront jamais lus si ils se retrouvent d’emblée, dès la sortie de leur livre, rangés dans les rayons.

 

Rejoignez-nous, et battez vous à coup de prospectus, marque-pages… battez-vous avec les livres, pour les vraies littératures.

 

Bientôt, davantage d’informations sur ce site concernant les actions du groupe.




La Tragedie |
MEMOIRES D'ENFANCE |
not in the mood |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | au bois de mon coeur
| bibliovoresclub
| Quand tu nous prends... Lit...